High-Level Women’s Rugby: a Dangerous Activity? - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue STAPS : Revue internationale des sciences du sport et de l'éducation physique Année : 2010

High-Level Women’s Rugby: a Dangerous Activity?

Joueuse de rugby de première division : une activité dangereuse ?

(1) , (1)
1

Résumé

This paper is about women’s rugby union and dangerousness, two themes which are often associated. Indeed, when women say they play rugby a lot of people instantly think about danger. The research is based upon 197 questionnaires filled out by rugbywomen who play in the french first division. If the analysis (using the Sphinx2 software) of some results does not encourage women to start playing rugby (75 % of the players said they had been injured), social explanations have to be found. Collard (1998) helps us by affirming that “in a given sport, our perception of risk is inversely proportional to the skill we have for it”. Furthermore, it seems that violence, which still is a central component of the men’s game (Elias & Dunning, 1969), does not express itself in a satisfying way in the women’s rugby, as if tension was not as easily accepted.
Cette étude se base sur 197 questionnaires de joueuses de rugby de première division. Le sujet est celui du rugby féminin et de la dangerosité. Ces deux thématiques sont souvent associées. À la simple évocation de la pratique du rugby par des femmes, de nombreux individus pensent au danger. Si certains résultats n’incitent pas à la pratique de ce sport (75 % des joueuses disent avoir été blessées), des explications sont à rechercher sur le plan social. Luc Collard nous met sur la piste en avançant que la violence est perçue comme d’autant plus importante que « la perception du risque dans un sport donné est inversement proportionnelle à la maîtrise que l’on en a. Plus on est expert, moins le sport où l’on excelle paraît périlleux. Plus on est incompétent, moins le sport que l’on découvre paraît sécurisant » (Collard, 1998). De plus, il semblerait que la violence, qui reste une composante centrale de la pratique masculine (Elias & Dunning, 1986), ne s’exprime pas, dans le cas d’une pratique féminine, d’une manière qui soit socialement acceptable, comme si la tension autorisée chez les femmes était moindre.
Fichier principal
Vignette du fichier
ACL6. STAPS HJ HT - 2010.pdf (1.07 Mo) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte
Loading...

Dates et versions

hal-01566448 , version 1 (21-07-2017)

Identifiants

Citer

Hélène Joncheray, Haïfa Tlili. Joueuse de rugby de première division : une activité dangereuse ?. STAPS : Revue internationale des sciences du sport et de l'éducation physique, 2010, pp.37-47. ⟨10.3917/sta.090.0037⟩. ⟨hal-01566448⟩

Collections

INSEP UNIV-PARIS
105 Consultations
255 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More