Effets de la dominance oculaire sur la coordination oeil–main dans les duels sportifs

Résumé : Les duels sportifs tels que l'escrime, la boxe et le tennis de table comme certains face-à-face individuels en sport collectif, donnent lieu à des interactions visuo-motrices extrêmement rapides. Ces situations, caractérisées par une forte incertitude spatio-temporelle, exigent des protagonistes un très haut niveau d'attention visuelle. Des enquêtes réalisées dans ces sports révèlent, au plus haut niveau des classements mondiaux, une fréquence exceptionnelle des gauchers manuels, la plupart d'entre eux ayant une dominance oculaire droite. Les droitiers ayant l'oeil gauche dominant s'y trouvent aussi à un taux relativement élevé. Des tâches expérimentales avec incertitude spatio-temporelle ont déjà permis de confirmer un avantage visuo-moteur, en temps de réponse, chez des sujets ayant une latéralité oeil–main croisée. Objectifs. – Le but de l'étude est d'identifier le processus central permettant d'expliquer un tel avantage. Il s'agit pour cela, d'une part, d'actualiser les données sur la dominance oculaire, d'autre part, de faire un bilan des travaux capables d'éclairer la problématique révélée par les duels sportifs. Données actuelles. – Il apparaît que la fonction de l'oeil dominant emprunte la voie géniculo-striée, c'est-à-dire une voie ipsilatérale entre l'oeil et le cortex hémisphérique. Par ailleurs, il se confirme que les effets spécifiques de la dominance oculaire sur la coordination oeil–main n'apparaissent qu'à partir d'un certain niveau d'incertitude spatiale. Conclusion. – Dans les conditions de tâche qui caractérisent les duels sportifs, l'oeil dominant est sollicité et mis en rapport fonctionnel, via le noyau géniculé-latéral, avec l'hémisphère ipsilatéral. Pour la réponse manuelle, au contraire, la main de réponse est en rapport, via son aire motrice, avec l'hémisphère contralatéral. En conséquence, la liaison fonctionnelle entre l'entrée visuelle et la sortie motrice n'implique qu'un hémisphère chez les sujets dont l'oeil dominant et la main de réponse sont eux-mêmes contralatéraux. Ces sujets font ainsi l'économie d'un transfert interhémisphérique, relativement coûteux en temps. Il en résulte pour eux un avantage, en temps de réponse, par rapport aux sujets dont l'oeil dominant et la main de réponse sont ipsilatéraux.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [80 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-insep.archives-ouvertes.fr/hal-01710264
Contributeur : Documentation Insep <>
Soumis le : jeudi 15 février 2018 - 17:17:50
Dernière modification le : mercredi 22 mai 2019 - 15:36:05
Document(s) archivé(s) le : lundi 7 mai 2018 - 20:39:15

Fichier

41- Effets de la dominance ocu...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

Collections

Citation

G. Azemar, Jean-François Stein, Hubert Ripoll. Effets de la dominance oculaire sur la coordination oeil–main dans les duels sportifs. Science & Sports, Elsevier 2008, 23 (6), pp.263-277. ⟨10.1016/j.scispo.2008.06.004⟩. ⟨hal-01710264⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

317

Téléchargements de fichiers

1463