Effects of ocular dominance on eye–hand coordination in sporting duels - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Science & Sports Année : 2008

Effects of ocular dominance on eye–hand coordination in sporting duels

Effets de la dominance oculaire sur la coordination oeil–main dans les duels sportifs

, (1) , (2)
1
2

Résumé

Duel sports, such as fencing, boxing and table-tennis, like some " face-to-face " individuals in team sports, give rise to extremely fast visuo-motor interactions. These situations, characterized by a high level of uncertainty in space and time, require a very high level of visual attention from protagonists. Investigations carried out in these sports reveal, at the highest level of world ranking, an over-representation of manual left-handers, the majority of them having a right ocular dominance. Right-handers having a left dominant eye are also represented at a relatively high-rate. Experimental tasks with spatio-temporal uncertainty implemented in the laboratory have made it possible to confirm a visuo-motor advantage, in response time, in subjects having an eye– hand crossed laterality. Objectives. – The purpose of this study was to identify the central process that would explain such an advantage. In order to identify such a central process, the study will, on one hand, update the data on ocular dominance, and on the other hand, it will review and evaluate a list of works able to clarify the core problem revealed by the sporting duels. Current data. – It appears that the function of the dominant eye uses the geniculo-striated pathway, i.e., a pathway ipsilateral between the eye and the hemispheric cortex. In addition, it was confirmed that the specific effects of ocular dominance on eye–hand coordination only appears at a certain level of space uncertainty. Conclusion. – In task conditions characterizing duel sports, the dominant eye is requested and functionally connected via the lateral geniculate nucleus to the ipsilateral hemisphere. Concerning manual responses, on the contrary, the responding hand is connected via its motor area with the contralateral hemisphere. Consequently, the functional connection between visual input and motor output involves only one hemisphere for subjects presenting a contralateral relationship between the dominant eye and the responding hand. These subjects, therefore, do not need such an interhemispheric transfer, relatively expensive in time. The result for them is an advantage in response times, compared to subjects with ipsilateral dominant eye and the responding hand.
Les duels sportifs tels que l'escrime, la boxe et le tennis de table comme certains face-à-face individuels en sport collectif, donnent lieu à des interactions visuo-motrices extrêmement rapides. Ces situations, caractérisées par une forte incertitude spatio-temporelle, exigent des protagonistes un très haut niveau d'attention visuelle. Des enquêtes réalisées dans ces sports révèlent, au plus haut niveau des classements mondiaux, une fréquence exceptionnelle des gauchers manuels, la plupart d'entre eux ayant une dominance oculaire droite. Les droitiers ayant l'oeil gauche dominant s'y trouvent aussi à un taux relativement élevé. Des tâches expérimentales avec incertitude spatio-temporelle ont déjà permis de confirmer un avantage visuo-moteur, en temps de réponse, chez des sujets ayant une latéralité oeil–main croisée. Objectifs. – Le but de l'étude est d'identifier le processus central permettant d'expliquer un tel avantage. Il s'agit pour cela, d'une part, d'actualiser les données sur la dominance oculaire, d'autre part, de faire un bilan des travaux capables d'éclairer la problématique révélée par les duels sportifs. Données actuelles. – Il apparaît que la fonction de l'oeil dominant emprunte la voie géniculo-striée, c'est-à-dire une voie ipsilatérale entre l'oeil et le cortex hémisphérique. Par ailleurs, il se confirme que les effets spécifiques de la dominance oculaire sur la coordination oeil–main n'apparaissent qu'à partir d'un certain niveau d'incertitude spatiale. Conclusion. – Dans les conditions de tâche qui caractérisent les duels sportifs, l'oeil dominant est sollicité et mis en rapport fonctionnel, via le noyau géniculé-latéral, avec l'hémisphère ipsilatéral. Pour la réponse manuelle, au contraire, la main de réponse est en rapport, via son aire motrice, avec l'hémisphère contralatéral. En conséquence, la liaison fonctionnelle entre l'entrée visuelle et la sortie motrice n'implique qu'un hémisphère chez les sujets dont l'oeil dominant et la main de réponse sont eux-mêmes contralatéraux. Ces sujets font ainsi l'économie d'un transfert interhémisphérique, relativement coûteux en temps. Il en résulte pour eux un avantage, en temps de réponse, par rapport aux sujets dont l'oeil dominant et la main de réponse sont ipsilatéraux.
Fichier principal
Vignette du fichier
41- Effets de la dominance oculaire.pdf (863.21 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)
Loading...

Dates et versions

hal-01710264 , version 1 (15-02-2018)

Identifiants

Citer

G. Azemar, Jean-François Stein, Hubert Ripoll. Effets de la dominance oculaire sur la coordination oeil–main dans les duels sportifs. Science & Sports, 2008, 23 (6), pp.263-277. ⟨10.1016/j.scispo.2008.06.004⟩. ⟨hal-01710264⟩
471 Consultations
5772 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More