PREDICTEURS DE LA SPORTIVITE CHEZ LES ENFANTS ET LES ADOLESCENTS PRATIQUANT LE JUDO

Résumé : Cette étude s’inscrit dans la continuité des travaux ayant étudié le fonctionnement moral en sport du point de vue de la perspective des buts d’accomplissement (Nicholls, 1989). Elle avait pour objet d’identifier certains prédicteurs personnels et situationnels de la sportivité chez de jeunes judokas et d’identifier de potentielles différences liées à l’âge. Trois cent vingt et un judokas, 163 enfants âgés de 8 à 11 ans et 158 adolescents âgés de 12 à 15 ans ont participé volontairement à cette étude, en répondant à une série de questionnaires permettant de mesurer : (a) les orientations motivationnelles, (b) l’habileté perçue, (c) la perception du climat motivationnel des autrui significatifs (parents, entraîneur, pairs), (d) l’acceptation sociale des pairs, et (e) trois dimensions de la sportivité (respect des conventions sociales, respect du règlement et des officiels, et respect de l’adversaire). Des analyses de régression hiérarchique montrent que : (a) les enfants ont obtenu des scores de sportivité plus élevés que les adolescents, (b) plus l’orientation vers la tâche des participants est élevée, plus leur sportivité l’est, et (c) plus la perception par les participants d’une promotion de l’apprentissage par les parents et par les pairs est élevée, plus leur sportivité est élevée. Par contre, les hypothèses développementales relatives à l’influence des autrui significatifs sur la sportivité ne sont pas vérifiées. Enfin, les analyses de variance indiquent que les enfants ont obtenu des scores plus élevés que les adolescents sur toutes les variables mesurées, sauf l’orientation vers la tâche et l’acceptation sociale des pairs. Ces résultats confirment les données antérieures de la littérature montrant que les perceptions de compétence reposant sur des critères auto-référencés favorisent la sportivité. Ils suggèrent, toutefois, que la poursuite conjointe de buts auto-référencés et de buts socialement référencés n’est pas préjudiciable à la sportivité. Ils confortent également l’idée selon laquelle l’adolescence est une période plus propice aux transgressions des règles que l’enfance. Enfin, cette étude invite l’entraîneur à avoir un regard éclairé non seulement sur son le climat motivationnel qu’il instaure, mais aussi sur le climat s’instaurant entre les partenaires d’entraînement et sur celui régnant au sein de la famille du jeune judoka.
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [73 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-insep.archives-ouvertes.fr/hal-01871873
Contributeur : Documentation Insep <>
Soumis le : mardi 11 septembre 2018 - 13:32:33
Dernière modification le : samedi 10 août 2019 - 01:17:10
Document(s) archivé(s) le : mercredi 12 décembre 2018 - 15:13:34

Fichier

13-Prédicteurs de la sportivi...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01871873, version 1

Collections

Citation

Fabienne d'Arripe-Longueville, Nathalie Pantaléon, Alan L. Smith. PREDICTEURS DE LA SPORTIVITE CHEZ LES ENFANTS ET LES ADOLESCENTS PRATIQUANT LE JUDO. [Rapport de recherche] 02-048, Institut National du Sport et de l'Education Physique (INSEP). 2005. ⟨hal-01871873⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

70

Téléchargements de fichiers

29