FAIRE VIVRE UN CLUB DE FOOTBALL EN ILE-DE-FRANCE : LE PARIS-SAINT-GERMAIN ET L'OLYMPIQUE NOISY-LE-SEC - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Les Annales de la Recherche Urbaine Année : 1998

FAIRE VIVRE UN CLUB DE FOOTBALL EN ILE-DE-FRANCE : LE PARIS-SAINT-GERMAIN ET L'OLYMPIQUE NOISY-LE-SEC

(1) , (1)
1

Résumé

Les compétitions sportives sont les lieux privilégiés de célébration des identités nationales ou d'identification à des collectifs locaux. Assister à un match de football permet de nouer des liens avec des semblables qu'on ne connaît pas (mais qui fréquentent le même stade) en discutant des mérites des jeunes joueurs, surtout quand ils sont des enfants du quartier ou de la ville. Les manifestations de fierté civique et d'appropriation de la ville liées à la vie sportive ne datent pas d'aujourd'hui; des défilés hebdomadaires d'ouvriers se rendaient au stade et aux messes du Labour célébrées tous les samedis après-midi que constituaient les rencontres de championnat, tandis que les finales de la Coupe d'Angleterre, présidées par le souverain, marquaient l'intégration dans la communauté nationale. Dans des villes comme Barcelone ou comme Bilbao, le club de football constitue un élément fondamental par lequel on prend conscience de son identité catalane ou basque, grâce auquel on apprend, à travers le jeu qui y est joué, les qualités morales du peuple auquel on appartient. Les analyses de Christian Bromberger sur Marseille, Naples et Turin montrent à l'oeuvre le triangle qui lie un club, un stade et une communauté. Or, signe des temps, les mots d'«insertion» et d'«intégration» deviennent de véritables les mots de passe des clubs, fussent-ils du plus haut niveau, pour trouver écho auprès des pouvoirs publics. L'existence, par exemple, de centres de formation dans les clubs professionnels français est présentée sous deux angles, un objectif sportif et un objectif social. Des clubs les plus élitaires aux clubs les plus populaires, tous se réclament de l'insertion, arguant que le stade contribue à donner à des groupes le sentiment d'une commune appartenance. Même lorsque les impératifs de communication s'imposent dans les politiques sportives locales, le football comme enjeu de culture participe de la mise en scène d'un corps social unifié, malgré des réalités contrastées comme celles du PSG et l'Olympique de Noisy-le-Sec, par exemple.
Fichier principal
Vignette du fichier
27-Faire vivre un club de football en ile de france.pdf (188.96 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

hal-02045419 , version 1 (22-02-2019)

Identifiants

  • HAL Id : hal-02045419 , version 1

Citer

Pascal Duret, Patrick Mignon. FAIRE VIVRE UN CLUB DE FOOTBALL EN ILE-DE-FRANCE : LE PARIS-SAINT-GERMAIN ET L'OLYMPIQUE NOISY-LE-SEC. Les Annales de la Recherche Urbaine, 1998, 79, pp.119-125. ⟨hal-02045419⟩

Collections

INSEP
43 Consultations
115 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More