Se dépenser plus pour gagner en qualité de vie

Résumé : Notre mode de vie actuel privilégie les déplacements motorisés et incite à augmenter le temps passé sans stimulation physique. Ceci est responsable de l’augmentation de la sédentarité1. Les recommandations en vigueur préconisent 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée chaque jour, mais 54 % de la population française ne parvient pas à se maintenir à ce niveau minimum favorable à la santé [1]. La sédentarité est l’un des facteurs de risque favorisant le développement de très nombreuses maladies chroniques, et son niveau est tel désormais que les bénéfices sanitaires de la réactivation physique sont importants dès le premier pas pour toutes ces pathologies et à tous leurs stades. Le défi auquel sont maintenant confrontés les pouvoirs publics est de pouvoir rétablir, pour l’ensemble de la population, un niveau d’activité correspondant à notre bagage génétique et adapté à nos besoins de santé. Ceci nécessite d’une part de comprendre les déterminants de l’activité physique, et d’autre part d’en mesurer les répercussions sur l’état de santé des populations.
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [10 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-insep.archives-ouvertes.fr/hal-02058927
Contributeur : Documentation Insep <>
Soumis le : mercredi 6 mars 2019 - 11:47:43
Dernière modification le : jeudi 11 avril 2019 - 16:02:56
Document(s) archivé(s) le : vendredi 7 juin 2019 - 16:56:54

Fichier

57- Se dépenser plus pour ga...
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

  • HAL Id : hal-02058927, version 1

Collections

Citation

Hala Nassif, Jean-François Toussaint. Se dépenser plus pour gagner en qualité de vie. Questions de santé publique, GIS-IReSP, 2009, pp.1-4. ⟨hal-02058927⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

35

Téléchargements de fichiers

26