Caractéristiques anthropométriques et performances de haut niveau : évolutions, indicateurs et optimisations

Résumé : L’objectif de cette thèse est d’étudier les évolutions morphologiques des sportifs de haut niveau (SHN) et d’identifier les liens structurant performance et caractéristiques anthropométriques. Les différentes études constituant cette thèse analysent la performance de haut niveau par son versant morphologique et selon différents niveaux de démonstration. Dans un premier temps, nous montrons des évolutions différenciées entre SHN et individus de la population générale (études 1 et 2), présupposant que les SHN tirent des avantages de leurs caractéristiques anthropométriques. Puis, nous mettons en évidence les liens directs entre les caractéristiques anthropométriques et la performance en athlétisme et dans le rugby (études 2 et 5) : les équipes de rugby disposant d’avants plus lourds et d’arrières plus grands sont plus performantes que les autres. En athlétisme, les coefficients allométriques calculés montrent l’impact du poids selon la distance de course et le sexe suggérant une possible marge de progression des caractéristiques anthropométriques pour les athlètes féminines. Le 3ème niveau de démonstration met en exergue l’existence de couples [morphologies optimales - performances optimales+, d’attracteurs biométriques bénéfiques au scoring en basketball (étude 3), et d’optima d’IMC avec leurs intervalles de performance selon la distance de course (études 4, 5 et 6). Poids, taille et IMC sont des indicateurs pertinents puisqu’ils permettent de spécifier les paramètres des athlètes entre les différentes épreuves (gradients morphologiques en athlétisme suivant le spectre des distances, à l’instar des gradients énergétiques) mais également selon leur niveau (gradient de poids et taille inverses entre courses de fond et sprints). Ces trois indicateurs morphologiques dévoilent également des différenciations selon les spécificités de poste. Mises en comparaison, les évolutions de poids et de taille montrent des croissances asynchrones révélatrices d’atypicité. L’IMC, très loin de sa fonction première de mesure de la corpulence et de l’obésité, doit être redéfini comme un indicateur utile de la performance de haut niveau. En effet, il révèle le compromis entre puissance, capacité énergétique et organisation de la structure corporelle efficiente chez les SHN. Dans l’exécution sportive, l’ensemble du corps est en action, et poids, taille et IMC prennent en compte la globalité de l’athlète qui se meut. Certains constats émanant des conclusions de cette thèse font surgir de nouvelles réflexions dans la compréhension de la performance et vont générer la mise en place de protocoles expérimentaux. Les gabarits sont l’expression de la performance autant que l’organisation à partir de laquelle se réalise cette dernière. Les résultats de cette thèse, fondés sur l’analyse de bases de données conséquentes, apportent une nouvelle vision sur les optimisations morphologiques. Dans le dessein de performance, il est nécessaire de connaître les optimisations établies chez les meilleurs mondiaux afin de situer les athlètes dans leurs champs morphologiques mais aussi de leur permettre d’évoluer vers la meilleure adaptation anthropométrique, spécifique de leur activité.
Liste complète des métadonnées

https://hal-insep.archives-ouvertes.fr/tel-01788589
Contributeur : Documentation Insep <>
Soumis le : mercredi 9 mai 2018 - 11:17:39
Dernière modification le : jeudi 11 avril 2019 - 16:02:56
Document(s) archivé(s) le : lundi 24 septembre 2018 - 11:08:44

Fichier

Sedeaud (2013) - Caractéristi...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : tel-01788589, version 1

Collections

Citation

Adrien Sedeaud. Caractéristiques anthropométriques et performances de haut niveau : évolutions, indicateurs et optimisations. Sport. Université Paris V- René Descartes, 2013. Français. ⟨tel-01788589⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

238

Téléchargements de fichiers

997